Spécialiste vs. généraliste

Idée #43. 2035 : Fini les spécialistes, vive les généralistes ?

Spécialiste vs. généraliste

Une idée de Thomas.

Lorsqu’on lit la biographie d’une femme ou d’un homme d’exception (génie, créateur, personnage illustre), on remarque souvent que la reconnaissance est basée sur la maîtrise d’un sujet spécifique, d’où l’appellation de « spécialiste ». L’expert-e excelle dans un domaine, un champ particulier. Il/elle se révèle parfois catastrophique dans d’autres dimensions fondamentales de l’existence. Proust : chômeur professionnel. Turing : inadapté social. Churchill : maladroit avec son staff. Faut-il donc continuer à vouloir former des ultra-spécialistes qui sont certes très bons dans un domaine mais ont du mal à appréhender la réalité de manière plus globale et transversale ? Ne devrions-nous pas réintroduire un peu de pluridisciplinarité comme au temps des Anciens ? Bien sûr, pas trop quand même, car sinon on obtiendrait des étudiants « bons partout et très bons nulle part » !

Rebondir sur l'idée